di dao

Publié le 5 Juin 2016

Un dimanche à la campagne...

Pour le hanoïen que je suis, le choix n'est pas forcément très vaste. Il faut bien reconnaître qu'en dehors des rizières et des pagodes, il n'y a pas grand chose au programme... Pas de problème en ce qui me concerne: je ne me lasse ni des unes, ni des autres...

Quant à la pagode à laquelle mes dernières pérégrinations riziesques m'ont amené, elle est connue sous le nom de "pagode du pinceau".

J'ai bien failli la manquer, d'ailleurs, tant elle se fait discrète, cette fameuse pagode: rien ni personne n'en signale la présence. Tant mieux, soit dit en passant: voilà au moins un endroit que les touristes ne saccageront pas de sitôt.

di dao

Même en se liguant entre eux, tous les synonymes du mot "sérénité" n'arriveraient pas à rendre compte de l'impression qui se dégage de ces lieux, où le silence n'est troublé que par le léger bruissement qui émane des rizières lorsque s'y élève une petite brise.

Pour peu que l'on ait la curiosité d'aller voir derrière le sanctuaire, on tombe sur de minuscules jardins à moitié laissés à l'abandon, dans lesquels sommeillent de vieilles tombes, usées par le poids des âges. Pour peu, aussi, que ces mêmes jardins soient enveloppés d'une lumière vespérale, on se sent alors en présence d'une chose très vénérable et très ancienne, quoiqu'insaisissable...

di dao
di dao

Suis reparti de là avec un sentiment d'éternité...

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article