pho

Publié le 4 Décembre 2017

Pour peu que l'on vagabonde en périphérie, il arrive que l'on tombe sur de petits coins de campagne qui sommeillent là comme autant de havres de résistance à l'expansion urbaine et qui font penser à ces blancs que les enfants laissent parfois apparaître en coloriant d'une main encore peu assurée. Ces parenthèses - véritables clairières au milieu de la jungle - nous révèlent brusquement ce qu'Hanoï était il n'y a pas si longtemps: une grosse bourgade perdue au milieu des rizières.

 

Tout autour, ce ne sont qu'immeubles et routes en construction: il est évident que ces oasis sont condamnés à disparaitre corps et bien et qu'Hanoï aura tôt ou tard les allures d'une grande métropole ultra-moderne. C'est inéluctable: trop de gens s'y emploient, et avec une ardeur qui force le respect, sinon l'admiration.

pho

Il n'empêche. Passer du dénuement le plus complet à une prospérité tapageuse en à peine deux décennies ne va pas sans heurts et il n'est pas si sûr que cela soit un "miracle", comme d'aucuns le claironnent.

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article