dat nuoc

Publié le 4 Mai 2020

M'étais promis d'y revenir un jour. C'est chose faite. 

dat nuoc

De ce deuxième séjour, je garde des impressions mitigées: si les paysages sont toujours aussi enchanteurs, le développement touristique auquel ils donnent lieu est effarant... et franchement consternant, pour le coup.

Je ne sais pas, d'ailleurs, qui, de ces jeunes femmes ultra-fardées exécutant de pseudo-danses traditionnelles sur fond de boîte à rythme ou de ces gros pleins de soupe qui les mitraillent à longueur de journée, est le plus affligeant... De la vulgarisation culturelle, ça? Que nenni! De l'avilissement, pur et simple. C'est aussi trivial que dégradant et il m'est d'avis que celles ou ceux qui sont les instigateurs de ce commerce de dupes feraient bien de se trouver d'autres terrains de jeu. Quant à l'homo turisticus...    

Fort heureusement, il y avait tout de même beaucoup mieux à faire que de s'attarder sur ce triste spectacle. Aussi ai-je fait beaucoup mieux.       

Me suis notamment égaré sur une petite route de montagne qui tutoyait un ciel d'azur comme on n'en voit qu'en rêve. Ai aussi partagé mes maigres provisions avec quelques gosses rencontrés par hasard, qui m'ont accueilli avec grâce et simplicité... 

dat nuoc
dat nuoc

Ah, j'allais oublier... C'est de la verte et paisible vallée de Mai Chau qu'il s'agit. 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article