(...)

Publié le 12 Novembre 2012

          "... tous les dimanches, j'allais au bord d'un étang à lotus en banlieue de
           Hanoï, où il y avait toujours deux ou trois femmes au dos arqué, aux mains
           tremblantes, qui, assises au fond d'une barque ronde, se déplaçaient sur
           l'eau à l'aide d'une perche pour placer des feuilles de thé à l'intérieur des
           fleurs de lotus ouvertes. Elles y retournaient le jour suivant pour les
           recueillir, une à une, avant que les pétales se fanent, après que les feuilles
           emprisonnées avaient absorbé le parfum des pistils pendant la nuit. Elles
           me disaient que chaque feuille de thé conservait ainsi l'âme de ces fleurs
           éphémères."

 

                                                                                  (Kim Thuy)

 

 


Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article