pho

Publié le 13 Janvier 2008

Hanoï, donc, les rues de Hanoï...

Vu à la dérobée: familles entières, avec les gosses et les paquets, entassées sur des bicyclettes improbables -  lampions multicolores - échelles de bambous - sacs d'épices - paniers de légumes - théières fumantes sur leurs braséros de terre cuite -  vendeurs à la sauvette sur les trottoirs - marchandes de soupes et de milliers d'autres choses, palanche à l'épaule - fillettes qui s'entrainent au défilé militaire en pyjama - petites vieilles qui pratiquent l'aérobic sous la statue de Lénine, à grands renforts de magnétophones poussifs - vieux messieurs très dignes aux costumes étriqués, oeil vague, bérêt basque vissé sur le crâne - bonzes couleur safran - jeunesse dorée, en scooters Piaggio dernier cri s'il vous plaît - cortège brinquebalant et grinçant des cyclo-pousses - chapeaux coniques - casques du sergent Bobillot - mendiants, éclopés et autres béquillards... L'Asie quoi!


undefined


C'est innombrable et désordonné. C'est pittoresque, sale et précaire comme jamais vu. Le merveilleux côtoie le vulgaire. On passe en un soupir du raffinement bouddhique à l'ordure. C'est poétique et vénal, délicat et puant, mais... ah mais Hanoï!...

 

CIMG3157.jpg


 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article