(...)

Publié le 18 Février 2008

            "Le voici assis au même endroit. Seul. La moitié du globe terrestre les

             séparait. C'est beaucoup. Beaucoup trop.
             Les yeux fermés, il essaie de l'imaginer. Sa frêle silhouette, ses yeux très
             noirs, son air un peu las. Sa pudeur. Sa douceur, un léger parfum
             d'encens... Elle portait une robe en soie naturelle et une veste. Elle aimait
             plaisanter et rire en bonne camarade, sans toutefois se départir d'une
             certaine ambiguïté. Elle l'avait séduit par sa culture, sa manière d'être, y
             compris cette façon de reprendre sa respiration après chaque phrase
             comme si elle manquait d'air, et qui n'appartenait qu'à elle. Jamais il
             n'avait eu le sentiment aussi net que quelque chose serait perdu à jamais

             s'il se laissait aller à de folles déclarations. Aimer sans se donner; se
             donner sans se sentir amoindrie, sans déchoir, est-ce possible? Quoi
             d'autre? Ils avaient très peur que la médiocrité et la grisaille de la vie
             quotidienne viennent abîmer leurs sentiments. Ils en avaient même une
             sainte horreur. Une relation qui ne change jamais de nature, qui ne se
             détériore pas, c'était ce qu'ils souhaitaient. Il l'observait d'un air inquiet.
             Il y avait sur son visage tant de sentiments mêlés: la douleur, la nostalgie
             des choses perdues et tant d'autres sentiments dont il ne connaissait pas
             les noms et dont elle ne pouvait être consolée. Son coeur se remplit
             d'amertume et de compassion. Il avait envie de pleurer. Il avait devant lui
             la femme la plus difficile à consoler de la planète. Elle pleurerait. Sur ce
             qui est perdu. Sur sa vie d'exilée en terre étrangère... Sur la langue
             anglaise et la langue vietnamienne... Sur son mari, ses enfants, ses amis...
             Sur le caractère fugitif de la vie... Sur les trahisons... Elle pleurerait sur la
             condition humaine...
             - Allons, courage! dit-il. Ne pleure pas. Ne pleure pas en Californie!

                  Ne pleure pas en Californie.
                    
Ne pleure pas
                     Ne pleure pas en Louisiane
                     Ne pleure pas dans le treizième arrondissement de Paris.
                     Ne pleure pas.
                     Ne pleure pas à Brooklyn, à Sydney, à Tokyo
                     Les vietnamiens n'ont pas pleuré en Californie
                     Je n'ai pas pleuré
                     Je n'ai pas pleuré en Californie
                     Je n'ai pas pleuré.
                     Il pleut!
                     Les feuilles tourbillonnent dans le vent.
                     Je conduis mon auto
                     Devant moi la route s'étire à l'infini
                     Ma vitre est baissée,
                     J'entends l'air d'une chanson
                     Quelqu'un est en train de siffler
                     Quelque part
                     J'ai pensé à toi, à notre pays
                     Je n'ai pas pleuré.
                     Je n'ai pas pleuré en Californie.
                     Je n'ai pas pleuré.
                     Là-bas, tout au bout de l'horizon
                     Il y a le pays où je suis née
                     Ma patrie
                     Moi, je l'appelle nostalgie
                     Les gens disent que ce sont mes racines
                     Voilà que je radote comme une vieille femme!
                     Je ne pleurerai pas
                     Je ne pleurerai pas en Californie
                     Je suis grande à présent
                     Je ne suis plus aussi timide
                     Je mettrai ma belle robe
                     J'achèterai des fleurs
                     J'arrangerai la maison
                     Je les aime tous.
                     Ils n'ont pas pleuré
                     Ils n'ont pas pleuré en Californie.
                     Le café est beaucoup plus gai
                     Quelqu'un m'a salué d'un signe de tête
                     Est-ce toi qui me souris en t'inclinant?
                     J'ai tendu la main
                     Tu l'as prise dans la tienne
                     Je sens ta chaleur
                     Tout va bien. Je suis en paix
                     Je suis grande à présent,
                     Je ne suis plus aussi timide
                     Mon image dans le miroir
                     Rester belle, rester inchangée
                     Quelqu'un est venu
                     Il m'a apporté le soleil, le vent du pays
                     Je me suis réchauffée au feu du souvenir
                     J'ai souri dans mon rêve
                     Tu as déposé un baiser sur ce sourire lointain
                     Je suis grande à présent
                     Je ne suis plus aussi timide
                     Je suis allée au supermarché
                     Au centre de la ville
                     J'ai acheté des bonbons
                     Je les ai sucés comme on suce une plaie
                     et tu as fondu dans ma bouche
                     Mon image dans le miroir
                     Je me suis regardée dans le miroir
                     Je n'ai pas pleuré
                     Je n'ai pas pleuré en Californie
                     Malgré la séparation...


             Il savait qu'il était impuissant à la consoler. Personne ne peut consoler
             personne... Il le savait. Il en était certain. Pourquoi? Parce qu'il avait besoin
             de l'être lui-même.

                     Tu es partie hier
                     Aujourd'hui je pense à toi
                     Tu es un nuage qui passe dans ma vie
                     Sur ta longue route d'exilée
                     Tu as fait une halte
                     Me laissant ton sourire
                     Tu es repartie
                     J'en ai le coeur serré
                     J'en ai le coeur brisé
                     Il a neigé hier... le sais-tu? dis... Mais il fait soleil à présent... Il fait doux. La Californie est

                sans doute le plus bel endroit au monde...

             Il pense à elle depuis qu'il est rentré. Sans doute a-t-elle des défauts, mais
             il ne fait pas attention à cela. Elle a tellement répété qu'il devait penser à
             elle.

                      - Tout ce qui t'arrive de mauvais dans la vie, c'est à moi-même que cela arrive. Tu
                comprends? Tu comprends ça? Est-ce que tu peux comprendre ce que je dis?

             La caresse du vent. La chaleur du soleil... Tu reviendras, dis?
             Tu reviendras?"
   
                                                                                   (Nguyen Huy Thiep)

 

 

 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article