pho

Publié le 1 Avril 2008

Chaleur d'étuve, ces jours-ci.


En passant dans une ruelle, le soir: une famille entière (trois générations, au moins) réunie dans la maisonnée, sans mot dire - visages impassibles et somnolents - moustiquaire - éventails que l'on agite mollement dans l'air saturé d'humidité...

En fin de journée, le ciel se plombe pour déverser une petite bruine, tiède et poisseuse, qui dure parfois jusqu'au matin.

Bourdonnement incessant des insectes, la nuit: calamité des tropiques.

 

Le jour venu, on vit sur le pas de la porte, en pyjama, sous les stores. Peu après midi, on peut apercevoir des marchands de trottoirs, assoupis au milieu des paniers pour une de ces siestes fantastiques où l'on sent la terre qui rentre dans le dos, une théière fumante à côté d'eux.

 

 
Nonchalance...


 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article