pho

Publié le 8 Avril 2008

Le fleuve.


Vase à demi asséchée, craquelée et fumante - herbes jaunies - lumière de midi, pâle et immobile...

Par endroits, ce n'est déjà plus qu'un banc de sable. Les quelques sampans qui sont encore là tentent de subsister, pris au piège du courant qui se dérobe. Ca et là, on aperçoit encore quelques gosses qui courent pieds nus sur les berges, et qui se perdent dans un horizon sans souffle.

Partout ailleurs, c'est un ciel chargé et implacable qui découpe des ombres dans la poussière. Ville-écran, rongée par le soleil et par la vapeur.
 

 

 

Pesanteur...



 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article