pho

Publié le 14 Mai 2008

Embellie économique sur fond de poussière, de tessons et de gravats: du pis-aller, provisoire. En milieu citadin, c'est parfois déconcertant: logements reconstruits à la hâte, avec tout l'hétéroclite qu'on a pu sauver, ça et là - recyclage de bric et de broc - bricolages de fortune... Enchevêtrement de bâtisses incongrues, hideuses et boursouflées: facades tarabiscotées aux couleurs criardes. Silhouettes inégales - formes approximatives - fantasque des néons et des enseignes publicitaires qui crèvent l'obscurité, la nuit tombée... Un bâclé urbain qui s'efface pour peu que l'on ait l'heureuse curiosité de s'engouffrer dans les ruelles étroites qui s'offrent au regard, sans crier gare. Murs lézardés - maisons basses - recoins chargés de plantes, de cordes à linge et de théières... Imagerie...



Ville étonnante, pas toujours belle, mais pourtant si séduisante dans la multitude de ses détails. Question d'échelle, alors? Qu'importe, après tout! Ca fait longtemps que j'ai cessé de me poser des questions.

Et le prix du riz, qui ne cesse d'augmenter.

 

 

 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article