pho

Publié le 29 Mai 2008

Alignement de facades étroites et patinées dont les couleurs crépusculaires se consument en demi-teintes fanées, en délitescences d'une indolente mélancolie. C'est tout ce suranné néo-colonial qui ne cesse de rejaillir au hasard des rues, sous une végétation surabondante qui orne autant qu'elle ronge: salissures de lichen suintant sur les murs - stuc galvaudé - jeux d'ombre qui se défont en d'invraisemblables moirures... Comme si tout cela avait sombré depuis longtemps, corps et biens.


Flânerie...

 

 

 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article