pho

Publié le 4 Juin 2008

Me suis perdu dans les faubourgs, hier matin.


Excepté les rues principales, c'est un lacis de venelles terreuses, bordées d'échoppes et de bicoques plus ou moins grisâtres qui ont l'air de surgir au hasard, comme des parasites, au milieu des terrains vagues et des entrepôts. Ca et là, on voit pousser de grands immeubles, sinistres et incongrus à souhait: sordide banlieusard qui s'étiole à mesure que l'on s'éloigne. Tout un laisser-aller de ciment, de ferraille et de poussière.

Plus loin encore, c'est la campagne qui reprend ses droits, peu à peu: bananeraies - étangs de lotus - troupeaux de buffles... Simplicité des matériaux traditionnels: tuiles - pisé - claies de bambou...

Contrastes...

 

 

 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article