pho

Publié le 16 Septembre 2008

Tombé un peu par hasard sur un quartier reculé, ce matin: un assez vaste quadrilatère de constructions inégales qui s'immisce entre des blocs d'immeubles modernes, et auquel on accède en franchissant un arroyo croupissant. Venelles sinueuses et calmes, presques silencieuses, avec leurs plantes et leurs caisses à ordures disjointes. Palissades vermoulues, envahies par les graffitis et les herbes folles. Réverbères éteints. Maisonnettes accotées les unes aux autres - toitures en zinc - rideaux de bambou aux portes et aux fenêtres - lessives - théières fumantes... Petits bistrots de fortune, dans lesquels sont attablés des vieillards au visage tanné, qui vous dévisagent avec componction. Et tout cela modeste, délicieusement rustique, d'une bonhomie bien particulière. L'air bricolé de la veille, avec les restes d'un village oublié.


Débouché brusquement sur une place où l'on bradait un peu de tout à grandes gueulées, au beau milieu des klaxons et des enseignes publicitaires.

 

 

 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article