pho

Publié le 3 Février 2009

La vie reprend son cours, en ces premiers jours de la nouvelle année lunaire, avec un redoux général qui ne fait qu'accroître cette sensation printanière, si tant est qu'il y ait eu un hiver ou quelque chose d'approchant.


D'une fête à l'autre. 3 février: anniversaire de la fondation du parti communiste vietnamien. Bon.

Passé devant le mausolée de l'oncle Ho, justement, à une heure un peu tardive. Attroupements de citadins, sur la grande esplanade. Architecture néo-stalinienne oblige, il est de bon ton de respecter méticuleusement la belle ordonnance des lieux en ajustant son pas au tracé sévère et géométrique du quadrillage bétonné qui fait ici office de promenade. Et la foule de se livrer à une sorte de ballet mécanique et bien réglé, qui contraste délicieusement avec le tohu-bohu qui règne partout ailleurs. Austérité et componction de rigueur, donc, sous l'oeil ironique du maître de céans, qui n'en avait jamais demandé tant (soit dit en passant), et qui contemple le spectacle en souriant dans sa barbiche.

A mesure que l'on s'éloigne, la bonhommie ordinaire reprend ses droits. Croisé deux pochards, qui pouvaient avoir la quarantaine, et qui s'esclaffaient bruyamment en regardant passer trois jeunes filles sur le trottoir d'en face, les yeux égrillards et la bouche tordue.

 

 

 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article