pho

Publié le 21 Juin 2009

Hanoï: saison des moustiques, des grandes chaleurs et des coupures d'électricité inopinées.


Quand on est un pauvre quidam lâché dans cette fournaise suintante, ça veut dire: des nuits aléatoires, sans ventilateur, passées le plus souvent sur les toits ou sur les terrasses, en quête d'un improbable petit courant d'air, à contempler, abruti de sommeil, des nuées d'insectes dont l'activisme forcené pourrait inspirer plus d'une campagne d'émulation collective, puisque c'est la mode par ici. Parfois, on entend même un crapaud-buffle sauter dans une flaque d'eau croupie avec un de ces miraculeux "plop" lacustres qui suffiraient presque à apporter une touche de fraîcheur, pour peu que l'on ait su conserver un brin de candeur.

Hébétude et résignation...

 

 

 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article