pho

Publié le 10 Mai 2014

Ici, l'ocre est "la" couleur. Oh, pas celle qui s'impose, pas celle qui domine outrageusement toutes les autres. Non, cet ocre-là, il s'immisce, il ronge, il s'étiole et finit par agir sur les nerfs comme de la morphine. Il a des pouvoirs dissolvants contre lesquels on serait bien en peine de lutter et donne à la ville de ces teintes crépusculaires et spectrales qui vous distillent la lumière en d'improbables moirures.

Des allures de naufragée, parfois...

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article