pho

Publié le 25 Novembre 2009

"Villages culturels"... Diantre!...


En fait de villages, il s'agirait plutôt de quartiers. A l'oeil, ils sont assez aisés à distinguer, avec de grands portiques érigés à l'entrée, agrémentés de ces devises résolument progressistes qui font foi de la fibre collectiviste et du sens de l'émulation des autochtones: en fait, de formidables impostures de ferraille, le plus souvent rongées par la rouille et couronnées par toute une rangée de drapeaux monochromes et délavés, encadrant l'inévitable portrait de l'oncle Ho. Arc de triomphe? Totem? Comme on voudra... Au moins, ça a le mérite de bien faire valoir au visiteur qu'il ne se trouve pas n'importe où, tout en permettant aux marchandes d'y accrocher leurs paniers et aux plantes grimpantes de s'épanouir en altitude.

"Culturels", dites-vous? Bon. Imaginez tout votre voisinage qui dans un même et fraternel élan, s'emploierait à nettoyer et à embellir les rues, à restaurer les édifices les plus délabrés ou qui s'engagerait à cesser toute activité bruyante, le soir, pour permettre aux enfants d'étudier dans le calme... Et tout cela, sous l'égide du comité populaire, chargé de forcer la main aux inévitables réticents, bourrus et grincheux qui rechigneraient à faire montre de zèle. Convaincant, non? On aura beau dire que tout cela fait un tantinet boy-scout, ardeur pour ardeur, autant verser allègrement dans le terre à terre et en profiter pour régler avec une belle unanimité ces tragédies de popote qui sinon, ne manqueraient pas de dégénérer en querelles intestines et de troubler l'ordre public. En tout cas, c'est toujours ça de gagné.

Enthousiasme communautaire...

 

 

 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article