pho

Publié le 4 Décembre 2009

Hier. Grimpé au sommet d'un de ces grands immeubles modernes qui commencent à émerger ça et là. Vue panoramique sur la ville: un vaste et pittoresque canevas de murs friables et de toitures incongrues, hérissé de longues perches et de citernes en zinc. En y regardant de plus près, on peut déceler aisément différentes strates qui s'enchevêtrent: vieilles bâtisses coloniales, déliquescentes à souhait - habitations plus récentes, prétentieuses et tarabiscotées, qui ont l'air tout droit sorties de chez le confiseur - hautes tours de verre et d'acier... Et un peu partout, par petites touches, la grisaille d'un béton précocement gâté par les caprices du temps.


En redescendant, tombé nez à nez avec toute une tablée de solides gaillards aux visages égrillards et rubiconds comme on en croise parfois sur les trottoirs. Ils étaient là une bonne dizaine, avachis sur leurs tabourets, une bouteille de bière à la main, gesticulant, criant et rotant sans vergogne.

 

 

 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article