pho

Publié le 15 Janvier 2010

Café Cong.

Une enseigne discrète, à peine visible du dehors: un de ces établissements où c'est l'ouï-dire qui tient lieu de publicité.

A l'intérieur, de petites tables en bois disposées sur un plancher inégal et dominées par une mezzanine au fond de laquelle se niche une minuscule bibliothèque renfermant l'oeuvre intégrale de Karl Marx traduite en vietnamien. On est à peine surpris: cong veut dire communiste, après tout (me suis renseigné). Sur les côtés de la salle, de hauts murs de briques peints hâtivement à la chaux et tapissés ça et là de grandes affiches de propagande que viennent corrompre d'autres compositions à la veine plus sarcastique. Dérision? Sédition? Et d'abord, comment savoir si l'ironie est réactionnaire ou progressiste?

Lumière tamisée - clientèle d'étudiants au négligé sophistiqué et à l'air faussement encanaillé - atmosphère de ruche bourdonnante, propice à d'heureux conciliabules...

Un peu de bohème hanoïenne, somme toute.



 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article