pho

Publié le 7 Janvier 2011

A première vue, il règne ici un climat de franche bonhomie. Mais comme partout ailleurs, les apparences peuvent être trompeuses. Ici et là, éclatent de brèves mais fulgurantes flambées de fureur, et d'un palier à un autre, on voit surgir de pétulantes rombières qui s'engueulent à pleins poumons pour le plus grand bonheur des badauds, lesquels se gardent bien de jouer les troubles-fête, bien trop heureux de pouvoir en faire gorges chaudes pour le restant de la journée. Et quand ça n'en vient pas carrément aux mains, ça s'invective avec la dernière véhémence: ces harpies n'ont de cesse de hurler à la cantonade et de se montrer en spectacle, histoire de faire éclater leur bon droit aux yeux des voisins médusés.

 

Cela dit, ça ne dure pas: tout est trop vite dit. Et d'ailleurs, à Hanoï, on ne badine pas avec l'ordre public: il y a dans cette ville bien assez d'affiches de propagande qui rappellent à tous que la solidarité et le collectivisme sont de rigueur et que certains mots d'ordre qui ne sauraient être remis en cause.

 

 

 

Rédigé par Duong Thi Thuy & Didier Latroupe

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article